DarkWolf Lair Index du Forum
DarkWolf Lair
L'antre du loup
 
DarkWolf Lair Index du ForumFAQRechercherS'enregistrerConnexion

:: GRAVE ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    DarkWolf Lair Index du Forum -> CINEMA / L'oeil Sur La Bobine
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
DarkWolf
Site Admin


Inscrit le: 20 Mar 2005
Messages: 2924
Localisation: Geekland

MessagePosté le: Jeu Sep 28, 2017 8:05 am    Sujet du message: GRAVE Répondre en citant

Pic



SYNOPSIS : Dans la famille de Justine tout le monde est vétérinaire et végétarien. À 16 ans, elle est une adolescente surdouée sur le point d’intégrer l’école véto où sa sœur ainée est également élève. Mais, à peine installés, le bizutage commence pour les premières années. On force Justine à manger de la viande crue. C’est la première fois de sa vie. Les conséquences ne se font pas attendre. Justine découvre sa vraie nature.

AVIS : "Grave", c'est un film de gonzesses. A prendre au premier degré bien évidemment, car de la réalisatrice au premier rôle, c'est le girl power qui met le pied à l'étrier, et ringardise bon nombre de précédentes tentatives de faire un film de genre à la française, qui ne soit pas un tantinet potache.

Il y a bien évidemment eu le duo Julien Maury et Alexandre Bustillo, mais dans le cas de "Grave", le fait que ce soit une réalisatrice et non pas un réalisateur est le détail permettant mieux de comprendre le film.

Car qui mieux qu'une femme comprend une autre femme? Et c'est dans cette optique que "Grave" s'inscrit comme une immense métaphore du passage de l'adolescence à l'âge adulte, de la virginité au désir de copuler.
Mais ce n'est évidemment pas que cela, d'autres thématiques sont bien évidemment abordées, s'emboîtent même entre elles pour se nourrir entre elles, à la limite de l'anthropophagie.

Justine est donc végétarienne, n'a jamais mangé de viande, et est encore vierge. Autant dire que durant son bizutage, son rapport avec la "chair" va tout chambouler, et de petite fille sage et timorée, elle va se transformer progressivement en un monstre assoiffé de chair, la poussant jusqu'au cannibalisme.

Cette métamorphose, la réalisatrice Julia Ducournau l'a voulu progressive, et a choisi a bon escient Garance Marillier, l'actrice explosant dans son rôle. Constamment touchante, même lors des pires moments, elle réussit à nous communiquer ses craintes, ses angoisses, vis à vis de sa métamorphose physique (voire comme une mue ses premiers symptômes) mais aussi psychologique.

En conflit quasi perpétuel avec sa grande sœur (l'excellente Ella Rumpf), une sorte de rivalité s'instaure entre les deux femmes, entre respect, jalousie et conservation de ses acquis (comme pour Rabah Naït Oufella, un rôle primordial). Ça n'est pas sans rappeler le comportements des loups entre eux, prêts à s'entretuer, mais ayant un sens profond de la cohésion (ce que prouvera sa sœur à maintes reprises).

Une thématique forte, couplée à une réalisation enjouée, voire un peu trop. Si la majorité des plans sont pensés pour susciter une émotion, la fameuse scène du doigt aurait mérité un autre traitement, ici un peu trop expressive pour ne pas tomber dans le gaudriole (comme ce fut le cas pour l'atypique Found).

Mais hormis ce point (qui fort heureusement n'a pas empêché le film d'avoir des critiques presse et public dithyrambiques, malgré les nombreuses scènes "crues" du film, soit d'ordre sexuel ou graphique), les références (la plus indéniable étant "Carrie" et surtout la mise en scène, où les couleurs ont un rôle important (comme la peinture jetée sur les corps, la chaleur exprimée de certaines pièces alors que d'autres sentent la mort par leur froideur).

Encore une fois, tout cela n'aurait pas été possible sans le formidable jeu d'acteur de Garance Marillier, prête à tout subir pour ce rôle (allez, on passe de l'épilation à l'ingestion et la déglutination de masses capillaires ingérées, sans oublier la peinture, et bien évidemment la frénésie sexuelle matinée de pulsions cannibales). Garance, un talent à surveiller de très prêt.

"Grave" est donc une œuvre coup de poing, une maîtrise du sujet où le spectateur est le témoin impuissant d'une métamorphose douloureuse, aux conséquences dramatiques; et en cela le film s'approche plus d'un drame réaliste que d'un vrai film d'horreur. Il pourrait d'ailleurs facilement figurer dans la une d'un journal comme fait divers.

Seul son final le trahit un peu, et renvoie alors une sorte de nihilisme glacial, comme si nous venions d'assister à une nouvelle ère.

Sans nul doute un des meilleurs films traitant du cannibalisme, au même niveau que l'excellent "Vorace", qui lui aussi traitait du sujet avec une certaine ingéniosité, sans forcément confronter des hommes se dévorant littéralement entre eux, mais plutôt avec une certaine spiritualité.

16/20
_________________
Cogito Lycanthropus ergo sum Lycanthropus.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    DarkWolf Lair Index du Forum -> CINEMA / L'oeil Sur La Bobine Toutes les heures sont au format GMT - 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Texno x0.3 © theme by Larme D'Ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com