DarkWolf Lair Index du Forum
DarkWolf Lair
L'antre du loup
 
DarkWolf Lair Index du ForumFAQRechercherS'enregistrerConnexion

:: DERNIER TRAIN POUR BUSAN ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    DarkWolf Lair Index du Forum -> CINEMA / L'oeil Sur La Bobine
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
DarkWolf
Site Admin


Inscrit le: 20 Mar 2005
Messages: 2924
Localisation: Geekland

MessagePosté le: Lun Jan 16, 2017 4:28 pm    Sujet du message: DERNIER TRAIN POUR BUSAN Répondre en citant

Pic



SYNOPSIS : Un virus inconnu se répand en Corée du Sud, l'état d'urgence est décrété. Les passagers du train KTX se livrent à une lutte sans merci afin de survivre jusqu'à Busan, l'unique ville où ils seront en sécurité...

AVIS : le cinéma sud-coréen n'a cesse de nous étonner, comme le prouve ce "Dernier train pour Busan", véritable shoot d'adrénaline sur un sujet aussi surexploité que l'invasion de zombies.

Alors comment ont-ils fait? Le réalisateur Sang-Ho Yeon, connu pour ses précédentes œuvres dans l'animation, signe ici son premier film Live, avec de vrais acteurs. Il s'inspire néanmoins de ses précédentes œuvres, là où l'animation a une plus grande aisance à jouer avec la démesure.

Et c'est le cas ici. Tout comme dans "World War Z", où les zombies avançaient par vague, au sens propre, en montant les uns sur les autres, "Dernier train pour Busan" exploite ce même procédé, pour une menace des plus impressionnantes. Il suffit de voir se flot de cadavres s'empiler, casser des vitres sous la pression énorme des corps entassés, c'est visuellement flippant. Un vrai tsunami de barbaque recomposé, prêt à grossir en dévorant tout sur son passage.

Et ce n'est pas tout. Les zombies ont aussi droit à un traitement de faveur, et leur démarche, leur look sont vraiment bien travaillés. On est loin de l'état de putréfaction de ceux de "Walking Dead" (ceci s'expliquant par la courte incubation du virus, et l'absence de rigidité cadavérique, malgré une démarche déstructurée), mais leur gestuelle, leurs grognements, la vitesse de transmission et de transformation du sujet, ainsi que d'autres caractéristiques (comme leur relation avec l'obscurité) en font une menace de premier ordre, à ne surtout pas négliger.

Et c'est là le tour de force du film, sa pression constante, car voir un zombie au loin implique systématiquement une fuite, là où dans d'autres films on peut leur échapper via une vélocité ou une motricité qu'ils ne possèdent pas.

Le film prend aussi place durant une majeure partie dans un train. Ce choix n'est pas anodin, car il représente un milieu confiné, et aussi un endroit propice pour une propagation, avec la foule amassée. Ce n'est d'ailleurs pas le premier film à proposer cette intrigue, avec tout ce que cela sous-entend (vous aurez toujours dans le lot le connard ou la connasse de première prêt à sacrifier les autres pour se sauver, un gars bad boy tapant dans le tas sans aucune crainte,etc).

Et bien ici le petit bémol, ce sont ces personnages un peu trop scalpé à la truelle. Beaucoup de clichés, dont les traits sont parfois un peu trop exagérés. Mais ce n'est pas trop gênant, et cela renforce ici le degré de sympathie et d'antipathie accrédités aux personnages.

Forcément, le sort va s'acharner sur certains, on va pester, mais c'est la preuve que le film fonctionne, là où parfois on se fiche éperdument de qui va y rester.
Et la critique sociale sous-jacente renfonce le clou. Bien moins prononcé que dans d'autres films majeurs, elle a ici le mérite d'appuyer le trait de certains personnages, dont la cupidité n'a d'égal que leur couardise. Du coup, un autre petit détail vient gêner :
Spoiler:

toute personne vénale, ou ayant un trait de caractère péjoratif, ou quelque chose à se reprocher aura de fortes chances d'y rester. Par contre, si vous êtes une femme enceinte ou une gamine, vous pouvez respirer).



"Dernier train pour Busan" est donc un très bon film de zombies, on va même dire une aubaine tant on pensait que tout avait été fait, et que les tentatives de renouveler le genre n'ont pas porté leurs fruits (toujours "World War Z").

Intelligent, rythmé, prenant, terrifiant, épuisant, il s'impose comme le digne successeur, le zombie 2.0. Il aurait encore gagné en grade s'il avait laissé de côté cet aspect manichéen pour des personnages plus contrastés, quitte à encore plus réduire sa critique sociale, voire la faire évoluer elle aussi. Preuve qu'on peut toujours faire mieux, et de nouveau surprendre.

16/20
_________________
Cogito Lycanthropus ergo sum Lycanthropus.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    DarkWolf Lair Index du Forum -> CINEMA / L'oeil Sur La Bobine Toutes les heures sont au format GMT - 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Texno x0.3 © theme by Larme D'Ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com