DarkWolf Lair Index du Forum
DarkWolf Lair
L'antre du loup
 
DarkWolf Lair Index du ForumFAQRechercherS'enregistrerConnexion

:: THE NEON DEMON ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    DarkWolf Lair Index du Forum -> CINEMA / L'oeil Sur La Bobine
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
DarkWolf
Site Admin


Inscrit le: 20 Mar 2005
Messages: 2473
Localisation: Geekland

MessagePosté le: Mer Nov 16, 2016 12:50 pm    Sujet du message: THE NEON DEMON Répondre en citant

Pic



SYNOPSIS : Une jeune fille débarque à Los Angeles. Son rêve est de devenir mannequin. Son ascension fulgurante et sa pureté suscitent jalousies et convoitises. Certaines filles s’inclinent devant elle, d'autres sont prêtes à tout pour lui voler sa beauté.

AVIS : Œuvre très difficile d'accès, autant le dire tout de suite. "The Neon Demon" risque fort de faire grincer des dents, de provoquer l'ennui si on est pas réceptif au "trip" de Nicolas Winding Refn, quelques années après la claque "Drive".

Pour sa nouvelle réalisation, il s'attaque au monde cruel de la mode. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il n'y va pas par quatre chemins. Il met donc en image le quotidien de ces femmes damnées, surveillant leur ligne pour ne pas perdre leur emploi, et voyant avec l'arrivée d'une petite nouvelle une menace à éliminer...

Et c'est effectivement le cas ici, quand Jesse (Elle Fanning), adolescente venue tenter sa chance à Los Angeles, se retrouve embarquée dans un univers cruel, où sa beauté enivre hommes et femmes, mais attise aussi les jalousies.

Ceci est parfaitement rendu via la mise en scène de Winding Refn, mais surtout par l'interprétation magistrale d' Elle Fanning, à la fois fragile, pure, arrogante, torturée. Chapeau, elle arrive durant certaines scènes à nous impressionner (notamment avec son regard, à dévorer Karl Glusman tout en le repoussant dans sa voiture), mais aussi à nous intriguer. Un jeu d'acteur sur le fil du rasoir, savamment maîtrisé par une toute jeune actrice.

Et durant quasiment deux heures, le réalisateur va nous montrer comment cette jeune fille gravit les échelons, écrasant ses concurrentes, jusqu'à un final absolument glauque, où il faut avoir l'estomac réellement bien accroché.

Le film, à l'image d'un modèle, est soigné et extravagant. On reconnaît la touche de NWR, cette saturation de couleurs amenant un aspect rétro, renforcé par une musique résolument électro. Il parvient aussi à séparer l'univers de la mode, avec ses strass et paillettes, et le quotidien moins glamour des jeunes modèles, vivant dans un motel (dont le proprio n'est autre que Keanu Reeves). On aura d'ailleurs droit à des scènes totalement ubuesques dans cet environnement (le fameux intrus dans la chambre). Cet esthétisme va de pair avec une mise en scène ultra lente, un point pouvant gêner une partie de l'audimat. Surenchère de plans fixes, travelling d'une lenteur faisant passer "2001" pour un "Fast & Furious", il faut vraiment être dans le trip de NWR pour le pas ressentir une sorte de monotonie, souvent fatale pour ce genre de film.

Par contre, certains moments savent vous glacer le sang, tant par leur esthétisme que par leur symbolique. Un exemple très simple, le premier shooting de Jesse avec Mikey (Charles Baker). Après nous avoir mis mal à l'aise, on tombe sur une métaphore vampirique, où Mikey prend la pose célèbre du vampire prêt à croquer le cou de sa victime. Facile de lier cela avec les mannequins "vampirisés" par la mode, mais cette thématique sera fréquemment employée durant le film, et surtout lors de ce final où l'affiliation avec une célèbre comtesse et ses actes odieux est on ne peut plus explicite.

Un autre aspect, quasi incontournable, est la sur-sexualité qui transpire tout le long du film. En cela, le personnage de Jena Malone est primordial, et amène une ambiguïté certaine, et il faut avouer que l'actrice n'a pas hésité ici à donner de sa personne, quitte à ce que certaines scènes la concernant soient les plus déroutantes (mais aussi les plus réussies, on pense notamment à cette scène sur le lit avec Jesse, ou encore à la morgue où elle officie comme maquilleuse).

Le problème, c'est l'orgueil quasi perceptible de Nicolas Winding Refn, et cela dès le début de son film, où ses initiales viennent marquer le générique de façon insistante. Imitant les jeunots venant narguer les anciens sur leurs platebandes, NWR semble avoir une haute estime de lui, quitte à vouloir jouer dans la cour des grands, sans doute emporté par ses précédents succès. Cette arrogance peut être agaçante, et mal perçue, le film n'étant pas exempt de défauts (et sujet à alimenter la polémique sur l'intérêt de certaines scènes dérangeantes, vues par certains comme un moyen de créer le buzz et de faire parler de lui).

"The Neon Demon" est alors plus une expérience qu'un film. On ne peut même pas vraiment le classer dans un genre en particulier (horreur serait trop réducteur, thriller non plus, on cherche, on cherche...). Avant dans le voir, il faut être dans des conditions optimales, se préparer à "subir" la beauté. C'est un prix cher à payer pour apprécier le film, tout en sachant pertinemment qu'il aura ses fans, mais aussi ses détracteurs.

15/20
_________________
Cogito Lycanthropus ergo sum Lycanthropus.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    DarkWolf Lair Index du Forum -> CINEMA / L'oeil Sur La Bobine Toutes les heures sont au format GMT - 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Texno x0.3 © theme by Larme D'Ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com